AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dernières Nouvelles du Dr. Pierre Mailloux - (08/06/09)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin



Nombre de messages : 719
Age : 36
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Dernières Nouvelles du Dr. Pierre Mailloux - (08/06/09)   Lun 8 Juin - 12:31

«Je suis pris avec ça»

(Saint-Narcisse) Quelques mois à peine après avoir été déclaré non criminellement responsable du meurtre de sa soeur, à qui il avait infligé 19 coups de couteau, Normand Grandmaison a retrouvé sa liberté.

Depuis la fin février, le quinquagénaire a en effet quitté l'hôpital et est de retour à sa résidence de la rue Principale, à Saint-Narcisse. Telle a été la décision de la Commission d'examen des troubles mentaux, chargée de statuer sur la question à la suite de ce jugement rendu à la fin septembre.

Chez lui, par contre, il est coincé entre d'intenses remords et le regard inquiet de ses concitoyens (voir autre texte). À ses côtés, il a retrouvé une vie rangée avec sa fille et son fils, âgés dans la vingtaine. Tout ne sera jamais comme avant toutefois. «Je suis pris avec ça. J'y pense toujours», a-t-il confié lors d'un entretien accordé au Nouvelliste.

Il admet du coup que les relations avec voisins et proches ont été difficiles, à sa sortie de l'aile psychiatrique. Depuis, avance-t-il, les liens sont plus solides et la compréhension, meilleure. «Au début, c'était plus difficile. Mais les gens et ma famille savent que c'est ma maladie, que c'était involontaire, que ce n'était pas voulu», a-t-il exprimé calmement au sujet de ce meurtre accompli en plein délire.

L'homme, malgré la schyzophrénie paranoïde qui l'afflige, est totalement conscient de la gravité de ses gestes. Il hoche d'ailleurs la tête et baisse les yeux quand on lui demande s'il saisit l'ampleur de tout ce drame, qui s'est joué dans cet appartement du secteur Cap-de-la-Madeleine, le 7 octobre 2007. «Oui, je sais...», souffle-t-il, sur un ton qui trahit sa tristesse.

Ses souvenirs resteront également ancrés dans l'imaginaire collectif. N'est pas très loin le moment où dans une crise sévère, Normand Grandmaison poignardait sa soeur Ghislaine, qui devait par la suite succomber à ses blessures. Les troubles mentaux expliquant son geste, selon le verdict du tribunal, il avait agi sous la peur, convaincu qu'un étranger souhaitait attenter à sa vie.

Du coup, toutefois, il enlevait la vie à celle qui s'était donnée corps et âme pour le retrouver, quelques semaines auparavant. Normand Grandmaison, rappelons-le, avait alors retenu l'attention puisqu'il faisait l'objet d'un avis de recherche. Pendant plusieurs jours, il s'était enfui et était revenu se terrer dans le grenier de son garage, faisant craindre le pire à ses proches et aux policiers. Sa soeur avait orchestré une campagne auprès du public pour obtenir de l'aide dans les recherches.

Cheminement et médication

Or, comment s'assurer maintenant que Normand Grandmaison ne récidivera pas? Voilà la question qui demeure entière. Le principal intéressé, lui, remet son destin entre les mains de la médication. «Je vais toujours prendre mes médicaments», promet celui qui reçoit de régulières injections, pour assurer un suivi médical rigoureux.

Son avocat, qui a obtenu sa libération le 25 février dernier, souhaite que le jugement populaire ne soit pas trop dur à l'endroit de son client. «Il a vécu énormément de remords», relate Me Alain Blanchard.

Selon lui, les dangers sont inexistants. À terme, dit-il, la libération sera complète et sans condition. D'ailleurs, à son avis, ce dossier est complètement différent de celui d'Alain Piché, cet homme qui avait tué ses deux parents et qui se retrouve aujourd'hui encore devant les tribunaux pour un incendie.

«On est très loin du dossier d'Alain Piché. C'est deux cas complètement différents, lance Me Blanchard. De toute façon, il (Normand Grandmaison) sera très surveillé. À la minute où il ne se présentera pas pour une injection, il y a une lumière rouge qui va s'allumer.»

«Les gens sont inquiets»

«C'est sûr que les gens sont inconfortables. Les gens sont inquiets aussi. La première fois qu'il est venu ici, il y avait un malaise...»

Marilyne Veillette travaille à l'épicerie du coin, à Saint-Narcisse. Le petit commerce se retrouve à quelques mètres de la rue Principale, et de la résidence de Normand Grandmaison. Depuis quelques semaines, un ancien client est de retour. Et il fait jaser.

«Il est comme avant», décrit la jeune femme, tout en racontant l'inquiétude palpable dans la petite communauté qui compte moins de deux mille résidents.

À quelques pas de là, Cynthia Cossette tient son salon de coiffure. Le délicat sujet y est rarement abordé, dit-elle, mais il demeure toujours en trame de fond.

«C'est sûr que ce n'est pas rassurant (...) Même moi, quand je l'ai vu passer devant pour la première fois, je me suis demandé : est-ce qu'il va venir ici?? Tout le monde s'est posé la question. Mais je crois qu'il a droit à une autre chance», confie la jeune femme.

Ces craintes et appréhensions, le maire de l'endroit dit aussi les ressentir. Guy Veillette les attribue toutefois à l'incompréhension. Du geste, en tout premier lieu, mais aussi de la maladie mentale et de ce qu'elle peut pousser à faire.

«Il y a une incompréhension face à son état de santé et tout cela amène des craintes. Il est là le malaise, mais il n'y a pas de mouvement de panique», dit-il.

«Les gens sont un peu craintifs, on se demande : ?est-ce que ça peut se reproduire?? Mais on fait confiance au système de santé et au système de justice», relance le premier magistrat.
De vives critiques

La décision de remettre Normand Grandmaison en liberté de façon aussi rapide suscite également de vives critiques. Le psychiatre Pierre Mailloux y voit quelque chose «d'extrêmement inquiétant».

«La population a droit d'être inquiète», clame celui qui craint une récidive, surtout si l'alcool et la drogue viennent annuler l'effet de la médication prescrite.

En utilisant les termes «compétences professionnelles douteuses», le doc dénonce aussi la position de la psychiatre au dossier, ainsi que du comité de la Commission d'examen des troubles mentaux.

À titre de solution, Pierre Mailloux suggère un traitement choc pour éviter que le pire ne survienne à nouveau. «Ça prend un encadrement serré. Ça prend un bracelet électronique, aucune drogue, aucun alcool, et ça prend une médication par injection aux deux semaines», détaille celui qui a connu de nombreux démêlés avec le Collège des médecins.

Source : http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/actualites/200906/08/01-863961-je-suis-pris-avec-ca.php


Dernière édition par Kévin le Lun 8 Juin - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin



Nombre de messages : 719
Age : 36
Date d'inscription : 10/04/2007

MessageSujet: Re: Dernières Nouvelles du Dr. Pierre Mailloux - (08/06/09)   Lun 8 Juin - 12:40

Vidéo avec commentaires de Pierre Mailloux à TVA :

http://www.megaupload.com/?d=RIK44LE0

Source : http://tva.canoe.ca/stations/chem
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dernières Nouvelles du Dr. Pierre Mailloux - (08/06/09)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dernières nouvelles de SIEVERNICH
» dernières nouvelles de Fukushima
» Syrie : Dernières nouvelles : "Il pleut averse sur les islamistes."
» Le Journal des dernières nouvelles en faveur de la laïcité et de la raison.
» Les Cénacles de priere a Vallet(ou révélation a Marie Pierre).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pierre Mailloux :: Péripéties-
Sauter vers: